• chroniques livres

  • "Adieu, Nola Chérie..."

     Couverture La vérité sur l'affaire Harry Québert

    Titre : La vérité sur l'affaire Harry Quebert

    Auteur : Joël Dicker

    éditeur : éditions de Fallois

    Genre : policier

    Taille : 857 pages

    One-shot

    Livre avec le même narrateur : Le livre des Baltimore

    Résumé de l'éditeur :

    À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois. Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d'avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. 

    Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d'écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

    Mon avis :

    Ce livre imprévisible m'a retournée. C'est un des seuls livres policiers que j'ai lu jusqu'à présent mais, il m'a donné envie de lire plus de livres de ce genre. Malgré sa taille, c'est un livre qui se lit tout seul, qui surprend et qui dérange par certaines scènes liées à des secrets déterrés les uns après les autres.

    Le cadre de l'histoire est assez intéressant car il se déroule majoritairement dans une petite ville paisible avec peu d'habitants, à priori sans histoires. Mais, c'est dans une ville comme celle-ci que les histoires et les secrets, une fois porté à la lumière du jour, circulent vite et fond beaucoup de dégâts. 

    Marcus est le principal narrateur, curieux et déterminé à trouver des réponses, mais il y en a beaucoup d'autres qui s’alternent, donnant chacun leur vision des faits passés et présents tout en avançant une vérité teintée de mensonges (conscients ou non). Le lecteur se laisse surprendre car la vraie vérité n'est assemblée dans son entièreté qu'à la toute dernière page du roman. Celui-ci m'a laissé sans voix, à la fois impressionnée par le talent de l'auteur et indignée par toutes les injustices subies par ses personnages (un père, un voisin, un enfant ou encore un collègue de travail, tous peuvent trahir ou être trahi).

    Pour continuer avec les personnages, ils sont hauts en couleur, tous plus torturés les uns que les autres. L'auteur a su donné de la profondeur à chacun d'entre eux, pourtant assez nombreux. Je vous conseille d'ailleurs de faire une liste si vous avez du mal, comme moi, dès qu'il y a plus de dix personnages. Ils constituent une des grandes forces de ce roman car ils ont su susciter chez moi, à travers la plume de l'auteur, une palette d'émotions que j'ai rarement ressenti au cours de la lecture d'un seul roman.

    Je ne pourrai pas beaucoup vous parler du scénario sans trop vous en dire. Mais, il est assez complexe tout en alternant des scènes du présent avec celles du passé. Les sauts temporels sont parfois un peu difficiles à suivre car ils ne sont pas dans l'ordre de la lecture, que ce soit ceux dans le passé ou le présent. Cela donne cependant un mélange réussit de questionnements, de témoignages et de doutes à la fois dans l'esprit du narrateur et dans celui du lecteur qui se projette sans difficulté dans l'histoire. Les éléments de l'histoire peuvent paraître décousus au départ mais réapparaissent toujours lorsqu'on s'y attend le moins. 

    C'est un livre addictif qui mérite amplement les prix qu'il a gagné. Je vous le conseille si vous n'avez pas peur des livres épais, que vous soyez adepte des romans policiers ou simple amateur. Attention cependant, plusieurs scènes du roman peuvent gêner et mettre le lecteur mal à l'aise. 


    votre commentaire
  • "Toutes voulaient jouer dans Esther"

     

    Titre : Les colombes du Roi-Soleil

    Auteur : Anne-Marie Desplat-Duc

    éditeur : Flammarion (jeunesse)

    Genre : jeunesse, historique

    Taille : 180 pages

    Saga : 14 tomes (terminé)

    Résumé de l'éditeur :

    Hortense, Isabeau, Charlotte et Louise vivent à la Maison Royale de Saint-Louis, construite à Saint-Cyr près de Versailles.

    Elles suivent une éducation stricte et rigoureuse jusqu’au jour où le célèbre Monsieur Racine écrit une pièce de théâtre pour les élèves de Madame de Maintenon. L’occasion idéale pour s’illustrer et, qui sait ?, être remarquée par le Roi. L’excitation est à son comble parmi les jeunes filles. Y aura-t-il un rôle pour chacune d’entre elles ?

    Mon avis :

    J'ai eu connaissance de cette saga via mon cours de littérature jeunesse et elle m'avait assez intriguée sur le moment. Mon professeur n'en disait que du bien et j'étais curieuse de savoir comment un roman jeunesse pouvait aborder une dimension historique. Alors, quand j'ai vu les trois premiers tomes au pêle-mêle je n'ai pas hésité à les acheter.

    C'est un titre qui m'a agréablement surpris et qui restera une très bonne lecture. Je pense également que c'est un des titres jeunesse qu'on peut sans hésiter recommander autant aux petits qu'aux grands. En effet, la plume de l'auteure laisse transparaître un ancien français très plaisant qui plaira aux mordus d'histoire et aux curieux. De plus, le récit est parcouru de notes de bas de page qui aident à la compréhension de celui-ci tout en apportant des notions historiques bienvenues. Cependant, la majorité ne concernent que la maison royale de Saint-Louis, ce qui ne donne pas une vision complète de l'époque du Roi-Soleil. Mais c'est un bon début si comme moi vous n'avez presque rien lu sur cette période de l'histoire.

    Nous suivons quatre personnages principales qui sont toutes des demoiselles de la classe jaune. Elles ont chacune leur histoire et leur personnalité même si ce premier tome n'aborde pas en profondeur leur background car il s'agit clairement d'un tome introductif. Il n'y a pas vraiment de personnages masculins marquant dans ce milieu pour jeunes filles bien éduquées. De ce fait, je pense que cette série s'adresse plus difficilement aux jeunes garçons qui ne sauront pas se projeter dans un personnage masculin. Mais, la diversité de caractère des jeunes filles fait la force du roman car on ne s'ennuie jamais grâce aux différentes réactions et agissement des personnages.

    Je conclurai en disant que c'est une histoire qui se lit très vite et qui est, pour moi, parfaite si vous voulez vous réconcilier avec le genre historique ou si c'est un genre que vous n'avez pas encore expérimenté. Je compte bien lire le tome deux qui promet un focus sur le personnage de Louise dont le secret a commencé à être révélé dans ce premier tome.

     


    votre commentaire
  • "Je t'aime..." 

    Couverture Lux, tome 2 : Onyx

    Fiche de la saga Lux

    Tome de la saga : 2

    Taille : 441 pages

    Résumé du tome 2 :

    En Virginie-Occidentale, la vie de Katy a changé depuis sa rencontre avec Daemon et Dee Black. Les jumeaux sont beaux et charmants mais pas tout à fait humains. D'ailleurs, le département de la Défense s'intéresse à Daemon. Par ailleurs, Katy a des visions et un garçon mystérieux prétend pouvoir l'aider.

    Mon avis :

    Deuxième tome très dynamique après le premier tiers de l'histoire. J'ai encore eu un peu de mal avec la relation amour-haine entre Deamon et Katy mais elle évolue très bien à partir de la moitier du tome. Leur histoire d'amour prend un tournant que j'apprécie beaucoup.

    Je crois que j'ai préféré ce tome 2 au premier. Il y a beaucoup de révélations sur les Luxens, leurs pouvoirs et les différentes choses qui les menaces. La Défence est seulement introduite donc il ne fait aucun doute qu'on aura plus d'informations dans le tome 3. Le personnage de Katy évolue également de manière significative, ce qui est selon moi une très bonne chose. Il y a plusieurs trahisons dans ce tome qui donnent un rythme endiablé à l'histoire sur les derniers chapitres. Impossible de lâcher le livre avant de savoir la fin. Une fin qui promet encore plus de bouleversement par la suite.

    Dans le tome 1, nous avons découvert le rôle et les effets de l'obsidienne. Dans ce tome 2, c'est l'onyx qui se révèle être une arme dangereuse...


    votre commentaire
  • "Avant d'être la Reine de Cœur, elle n'était qu'une femme qui voulait tombée amoureuse..."

    Review: Heartless by Marissa Meyer – Heart Full of Books

    Titre : Heartless

    Auteur : Marissa Meyer

    éditeur vo : Macmillan

    Genre : jeunesse, science-fiction

    Taille : 464 pages

    one-shot

    Résumé de l'éditeur :

    Vous êtes vous déjà demandé qui était la Reine de Coeur avant Alice aux pays des merveilles ?

    La Reine de Coeur n’a pas toujours été la terrible souveraine d’Alice au pays des merveilles. Avant d’être couronnée, elle s’appelait Catherine et rêvait de devenir la plus grande pâtissière du royaume. Mais le sort a décidé de lui jouer un vilain tour : le Roi de Coeur veut absolument l’épouser et les parents de Catherine, très ambitieux, placent de gros espoirs en cette union.

    Catherine, elle, veut vivre librement et aimer celui qui fait battre son coeur : Badin, le bouffon du Roi.

    Malheureusement au pays des merveilles, où s’entrechoquent magie, folie et monstres, les contes n’ont pas tous une fin heureuse…

    Mon avis :

    Ce livre est ma troisième expérience en VO. J'aime beaucoup les chroniques lunaires de la même auteure et quand j'ai appris que Heartless était sorti et que c'est un one-shot, je me suis dis que ce serait chouette de le lire en anglais.

    Je n'ai pas encore lu l'oeuvre originale de Lewis Carroll aussi ne ferais-je pas de comparaison entre les deux romans. Mais bien sûr, tout le monde connait le lapin blanc, le chapelier fou, le mille pattes et le chat de Cheshire. Et, c'est avec plaisir que j'ai (re)découvert ces personnages en plus d'autres personnages comme la future reine de cœur et, mon personnage préféré, Jest le Joker. La narratrice du roman n'est autre que Catherine, une fille de la noblesse que l'on devine destinée dès les premières pages à épouser le roi. Mais, son cœur indécis et sa passion pour la pâtisserie la rend déterminée à lutter contre un destin que ses parents ont choisi pour elle.

    L'histoire évolue entre vie quotidienne et mondaine où tout n'est souvent que faux-semblants. Petit à petit, une histoire d'amour apparaît et cet aspect m'a beaucoup plu (je suis pourtant très difficile avec les romances). L'évolution des pensées et des émotions de Catherine est progressive et bien que cela donne au début un rythme très lent à l'histoire, cela lui donne une profondeur et provoque une certaine addiction chez le lecteur. L'auteure joue avec l'étrange et l'absurde et ces aspects paraissent réel tellement ils sont ancrés dans la réalité de l'histoire. La fin n'est pas une surprise car on devine pas mal de choses notamment parce qu'on connait la reine de cœur du futur (de l'époque de la venue de Alice au pays des merveilles). Mais, cette fin est digne de ce personnage emblématique et m'a conquise. 

    Bref, ce livre est tellement bien écrit qu'on pourrait croire que son auteur est le créateur d'Alice. Je ne sais pas s'il existe d'autre histoire sur la reine de Cœur mais je vous conseille la lecture de celle-ci. 

    Vous en dire plus risquerait de dévoiler trop de chose alors laissez-vous tenter et entrez dans le terrier du lapin blanc.


    votre commentaire
  • "Big Brother is watching you !"

     

    Titre : 1984

    Auteur : George Orwell

    éditeur : Folio

    Genres : science-fiction

    Taille : 408 pages

    One shot

    Résumé :

     De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d'en face. 

    BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de WINSTON... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. 

    Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance.

    Seule comptait la Police de la Pensée.

    Mon avis : 

     J'ai lu ce livre dans le cadre de mon cours de littérature étrangère. Je devais choisir 5 livres et je me suis dis que c'était l'occasion de lire le très célèbre "1984" car je ne l'aurais peut être jamais lu purement pour le plaisir. J'ai beaucoup de préjugés sur les grands classiques et la seule chose que je savais sur ce livre est la phrase que beaucoup de gens connaissent : "Big Brother vous regarde !". Après avoir lu le livre, j'en comprend enfin le sens et ça me donne froid dans le dos !

    Le livre nous parle de ce à quoi aurait pu ressemblé le monde si les nazis avaient remportés la guerre. Une société surveillée où l'individu n'est rien et où des règles absurdes sont érigées (pas d'histoire, l'amour doit être platonique, les émotions ne doivent pas être montrées...). Si vous avez le malheur de ne pas rentrer dans le moule, on vous torture pendant des jour avant de vous relâcher et de vous abattre par derrière parfois des années après.

    Je suis contente d'avoir lu ce livre mais, pour être honnête, il m'a dérouté et dégoûté par certains passages. L'histoire entière est oppressante car le personnage principal se croit fou parce qu'il doute du système (ah le doute quand tu nous tient !). Il passe alors sont temps à essayer de cacher sa "folie" et à déterminer qui pourrait le comprendre. Je ne vais pas vous en dire plus pour ne pas vous spoiler mais sachez qu'il faut vous attendre à un long roman psychologique quand vous commencez ce livre.

    La fin et l'absurdité de la société décrite m'a tellement dégoûté que je ne sais plus quoi penser de ce livre. C'est bien le seul livre que je n'ai "pas aimé" que je considère quand même comme un chef d'oeuvre (pas dans le sens du coup de cœur mais du génie de son auteur).


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique