• "Le noir est-il une couleur ? ça, les mages blancs ne veulent pas l'admettre."

    Le noir est ma couleur tome 1 : le pari

    Titre : Le noir est ma couleur : le pari

    Auteur : Olivier Gay

    Editeur : Rageot

    Genre : jeunesse, fantastique

    Taille : 311 pages

    Saga : Le noir est ma couleur

    1. Le pari
    2. La menace
    3. La riposte
    4. L'évasion
    5. Le piège

     

    Résumé :

     Normalement, Alexandre le bad boy du lycée n'aurait jamais prêté attention à Manon l'intello du premier rang. Pourtant, à la suite d'un pari, il a décidé de la séduire.

    Normalement, Manon n'aurait jamais toléré qu'Alexandre vole à son secours. Pourtant dans l'obscurité d'une ruelle, sa présence s'est révélée décisive.

    Alexandre doit se rendre à l'évidence. Rien n'est normal dans cette histoire.

    Manon acceptera-t-elle qu'il entre par effraction dans son univers ?

    Deux destins liés malgré les apparences...

    Mon avis :

    J'ai eu envie de lire ce livre après avoir vu plusieurs booktubeurs en parler dans un laps de temps assez court. Je ne savais pas grand chose de l'histoire mais le titre et les couverture mon tapés dans l’œil et il ne m'en a pas fallu plus que ça pour tenter l'aventure (très superficiel, je sais ^^). L'autre principal raison est que l'auteur est français. à part Pierre Bottero et Erik l'Homme je n'ai pas lu beaucoup d'écrivain francophone et je trouve ça dommage. J'aimerais bien, par la suite, découvrir la plume de Gabriel Katz ainsi que d'autres œuvres francophones jeunesse ou fantasy. Et, bien sûr, lire des auteurs belges car je suis sûr qu'il y en a d'autres comme Thomas Lavachery (Bjorn le morphir) et Valentin Rousseaux (à la croisée des destins) qui sont surement très agréables à lire. 

    Au niveau de l'histoire, je dirais que ce premier tome est le prologue qui met en place le quotidien des personnages ainsi que les explications de base sur la magie des couleurs utilisée par la famille de Manon. Une bonne partie du livre se déroule soit à l'école, soit chez les deux personnages principaux. De plus, on ne commence à comprendre le titre du livre qu'à la fin de la toute dernière page. Il faudra donc lire les tomes suivants pour vraiment commencer "l'aventure" de Manon et Alexandre.

    Mais, ce n'est pas parce que ce premier livre donne les bases de l'intrigue qu'il ne s'y passe rien ! Il y a plusieurs scènes d'actions endiablées et déjà quelques révélations sur les mages. J'aime particulièrement la façon dont l'auteur a mis en place la magie des couleurs. Cela m'a fait penser à un livre de fantasy adulte qui s’intitule "Le prisme noir" (Brent Weeks). Dans ce livre, les couleurs ont également un grand rôle à jouée et sont synonymes de pouvoir. Bien que ces deux livres n'aborde pas le spectre des couleurs de la même façon, j'ai trouvé les deux façon très intéressantes. Cependant, "Le noir est ma couleur" est beaucoup plus abordable pour les néophyte en fantasy car les éléments surnaturels y sont expliqués de manière plus simple.

    Au niveau de la narration, on suit alternativement Manon et Alexandre qui ont une vision diamétralement opposé l'un par rapport à l'autre. étant moi-même qualifiée depuis longtemps "d'élève modèle", je me suis vite retrouvée dans le personnage de Manon qui ne s'intéresse pas aux garçons et qui est perfectionniste dans tous les niveaux de son apprentissage. De l'autre côté, Alexandre est le bad boy de l'école, pense que les filles sont interchangeables et a un caractère de cochon. Bien que les deux personnages paraissent clichés au début, ils évoluent et je me suis attachée autant à Manon qu'à Alexandre. 

    En conclusion, "le noir est ma couleur" est une lecture très agréable qui se lit assez rapidement. J'espère toutefois que la relation entre Manon et Alexandre ira plus loin que celle de camarades de classe. J'ai également hâte d'en apprendre plus sur le spectre des couleurs.


    votre commentaire
  • "Tic-Tac, tic-tac... Nil a dit cours alors nous courrons pour survivre"

    CHRONIQUE | NIL, tome 1 - Lynne Matson

    Titre : Nil

    Auteur : Lynne Matson

    Editeur : PKJ.

    Genre : jeunesse, science-fiction

    Taille : 456 pages

    Saga : trilogie 

    1. Nil
    2. Les secrets de Nil (Nil unlocked)
    3. La colère de Nil (Nil on fire

     

    Résumé :

    Charley se réveille sur une île somptueuse qui n’est sur aucune carte. Seule, perdue, elle survit tant bien que mal jusqu’à ce qu’elle rencontre Thad, le leader d’un clan regroupant les seuls humains présents sur l’île de Nil. Charley va vite comprendre que quitter cet enfer paradisiaque sera plus difficile qu’elle ne le pensait : la seule issue, ce sont les rares portes qui apparaissent au hasard sur l’île… Il n’y en a qu’une par jour, et une seule personne peut l’emprunter. Pire encore : on n’a qu’un an pour s’échapper. Sinon, on meurt. Le compte à rebours a déjà commencé…

    Mon avis :

     J'ai lu Nil dans le cadre du baby-challenge jeunesse 2017 sur Livraddict. J'aurais pu lire un autre livre du challenge mais Audrey de la chaîne youtube "le souffle des mots" l'a tellement bien présentée que j'ai craqué pour celui-ci. Et j'en suis super contente !

    Nil est un véritable "page turner" presque dès le début de l'histoire. Il ne faut pas plus de vingt pages à l'auteure pour nous happer dans son histoire. La narration est partagée alternativement entre les deux personnages principaux : Charley, la nouvelle arrivante sur Nil et Thad, un vétéran et chef de la Cité. Cela permet à l'auteur de jongler entre le regard neuf de Charley et celui résigné de Thad tout en donnant de manière naturelle des explications et des révélations sur Nil.

    Nil en tant que lieu est un endroit mystérieux. Autant splendide que mortel. Tout peut arriver n'importe quand. De plus, la règle des 365 jours ajoute encore plus de suspens au récit. Il y a d'ailleurs presque autant de défaites que de victoires, de morts que de survivants. On ne sait pas prédire la suite des événements. Même la fin que l'on pense saisir n'est pas totalement celle qu'on imagine. J'ai bien aimé le fait que cette fin puisse se suffire à elle-même dans le sens où toutes les explications n'ont pas été donnée mais qu'un "cycle" se termine (ceux qui ont lu le livre me comprendront ^^).

    Les personnages ont chacun leur caractère et sont juste comme il faut : humains. Malgré les règles de la cité et les sentiments de chacun, il y a de la trahison, de la peur mais surtout de la fraternité et de l'entraide. Beaucoup de personnages meurent avant qu'ont les ai connus et c'est un peu perturbant. Des anciens partent et des nouveaux arrivent. Tant et si bien que plusieurs personnages n'ont pas de background très développé mais cela ne gène en rien l'histoire qui est très bien menée.

    La seule chose qui m'a vaguement dérangé, c'est la vitesse à laquelle deux des personnages transforme une petite amourette en amour de leur vie. Certes, ils n'ont pas beaucoup de temps sur Nil mais il n'y a même pas de doutes dans leurs sentiments amoureux. C'est le coup de foudre : fille parfaite pour garçon parfait. J'avoue que j'ai du mal avec ça... 

    En conclusion, je suis curieuse de lire le tome 2 qui promet la suite des révélations de la fin du tome 1. Ce dernier a été une très bonne lecture proche du coup de cœur.


    votre commentaire
  • Couverture Les garçons

    Entre la belle poésie de Rimbaud et l'incompréhension

    L'histoire se déroule en France, lors de la deuxième guerre mondiale. Arthur est un jeune garçon comme les autres. Jusque là tout va bien. Mais, quelle idée ont eu ses parents, Mr et Mme Rimbaud, de l'appeler "Arthur" ? Car oui, avoir exactement le même patronyme qu'un célèbre poète français a tout pour déplaire à l'intéressé. Les boutades de ses camarades fusent et redoublent d'intensité quand la prof de français, surnommée She said, se met en tête de leur apprendre les joies de la littérature.

     

    C'est avec ce deuxième roman que Xavier Deutsch reçoit le prix Maeterlinck en 1990. C'est un des seuls auteurs belges contemporains à vivre de sa plume. Il écrit pas mal de romans jeunesse mais écrit aussi des romans pour adultes. "Les garçons" est son oeuvre la pus connue et la mieux cotée mais la question se pose de savoir si elle n'aurait pas mal vieillie avec le temps.

     

    Mon avis sur ce roman est assez mitigé. L'auteur a pour moi un style tout particulier qui lui est propre. Son style est empli de poésie avec des phrases courtes qui permettent une lecture rapide de l'histoire. Mais, je trouve que cette belle écriture est gâchée par l'auteur qui perd son lecteur trop souvent à mon goût. Il y a beaucoup de phrases incomprises même après dix relectures et des événements dont la cause et les détails ne sont pas expliqués. A cela s'ajoute plusieurs narrateurs qui jouent à la chaise musicale sans jamais prévenir dans quel sens ils tournent. Cette incompréhension créant de la frustration, il devient difficile de terminer le livre en appréciant sa lecture. De plus, le langage de jeunes utilisé fait vivre les personnages mais ceux-ci ne sont pas assez mis en avant. La partie descriptive prend beaucoup de place par rapport au développement des personnages. On ne sait s'identifier dans aucun d'entre eux. Cependant, un des points forts de l'auteur est qu'il sait surprendre. Il est impossible pour le lecteur de deviner la suite de l'histoire. Sa manière de développer cette histoire est imprévisible et donne de l'originalité et du suspens à l'oeuvre.

     

    En bref, le style d'écriture de l'auteur est de très bonne qualité mais le fond de son histoire et de ses personnages comporte des zones d'ombre qu'on aurait bien voulu éclairer.


    votre commentaire
  • "La vie est un chemin qui se parcourt dans un seul sens [...] La reprendre à zéro est impossible. On peut choisir sa destination, réfléchir quand on arrive à une intersection, ralentir, accélérer, décider de ne plus refaire les mêmes erreurs, on ne revient jamais en arrière."

    Couverture Les Ames Croisées

    Titre : Les âmes croisées

    Auteur : Pierre Bottero

    Editeur : Rageot

    Genre : fantasy

    Taille : 424 pages

    One-shot en lien avec les deux autres sagas de l'auteur

     

    Un bel hommage à Pierre Bottero

    Ce livre est la dernière oeuvre de l'écrivain français, Pierre Bottero, qui nous a quitté en 2009, à 45 ans, suite à un accident de moto. Le livre "Les âmes croisées" paraît un an plus tard en 2010. Il n'y a cependant que le premier tome qui a été publié car l'auteur venait seulement de commencer la suite avant son accident. Ce roman d'heroic fantasy a reçu le prix de l'imaginaire des collégiens (Epinal) en 2011. Mais, son oeuvre la plus connue reste la trilogie de "La quête d'Ewilan" qui a fait rêver les jeunes comme les grands dès sa sortie et aujourd'hui encore.

    Nous suivons dans cet ultime volume, Nawel, une jeune "perle" (noble) stricte et prétentieuse. Dans cette société inégalitaire reposant sur le legs des anciens, ses amis et elle doivent choisir une "robe" à revêtir. Ce choix déterminera la fonction qu'elle occupera jusqu'à la fin de ses jours. Elle est persuadée que son choix restera le sien quels que soient les obstacles dans sa vie. Pourtant, quelques jours avant la cérémonie, elle est l'élément déclencheur d'une tragédie. Est-elle vraiment le monstre qu'elle voit à présent dans le miroir chaque jour ? Jusqu'où la société et les "traditions" les manipulent-ils ?

    Ce roman suscite de la joie et de la tristesse pour les fans de l'auteur. Rappelons que son histoire n'aura jamais de fin et qu'elle laisse du coup pas mal de questions en suspend. Par exemple, la question se pose de savoir dans quelle mesure l'auteur a voulu croiser ses deux précédents univers : la quête d'Ewilan et l'Autre. La fin de ce premier tome ne nous offre malheureusement qu'une introduction de la quête que Nawel doit accomplir. Pour en conclure avec le côté négatif, l'auteur utilise un vocabulaire propre à son oeuvre et différent de ses précédentes histoires. Cela peut rebuter plus d'un lecteur au début de sa lecture. Mais, une fois passé les deux premiers chapitres, les pages s'enchaînent et on s'approprie rapidement le vocabulaire de l'histoire. L'écriture grande et espacée du grand format permet un bon confort de lecture. Ainsi que, les petits chapitres permettent une lecture rapide. Un des points à souligner est qu'il ne faut pas obligatoirement lire les autres œuvres de l'auteur pour comprendre ce tome. Certes, le livre est parsemé de clin d’œil mais le niveau de compréhension reste le même quelle que soit la personne. Du côté des personnages, ils sont attachants et ont des caractères bien trempés. Le tempérament sec et suffisant de Nawel peut surprendre au début, tout comme sa vision des choses. Mais, le plus intéressant reste l'évolution de ce personnage et son chemin parcouru. L'univers est très riche et original avec son système de société, ses peuples, son bestiaire et l'héritage des anciens. L'histoire fait d'ailleurs plusieurs fois référence à ces ancêtres mais le mystère reste entier. Pierre Bottero nous fait encore plus profiter de l'histoire grâce à Nawel, sa narratrice, qui offre un équilibre de descriptions et de dialogues.

     

    Pour conclure, "Les âmes croisées" est une très bonne lecture avec : un univers riche, des personnages attachants et une narration équilibrée. Cependant, il est regrettable que cette histoire n'aie pas de fin.


    votre commentaire
  • Titre : Les âmes vagabondes (The host)

    Auteur : Stephenie Meyer

    Editeur : Le Livre de Poche

    Genre : Science-fiction

    Taille : 829 pages

    One Shot

     

    Mon résumé :

    Le monde est au mains des âmes et l'humanité est sur le point de s'éteindre. Mélanie est une des dernières personnes à être humaine mais elle se fait capturée par les traqueurs. Elle est maintenant l'âme "Vagabonde". Mais Vagabonde ne la contrôle pas tout à fait. C'est ainsi que deux personnalités opposées se retrouve dans un même corps. Notre double personnage principal se retrouve alors au beau milieu d'un dilemme : Qui est-ce ? Qui suis-je ?

    Mon avis : 

    Le début de l'histoire est assez lent. Il met en place le contexte de l'histoire et nous fait découvrir brièvement ce qu'est une âme. L'écriture de l'auteure est très plaisante à lire et très riche en créativité. Elle insiste tout au long de l'histoire sur la violence des sentiments humains et les natures des âmes (douces, naïves, gentilles) à l'extrême des humains (brutaux, impulsifs et passionnels). Le récit crée à sa manière une certaine réflexion de la part du lecteur sur notre société actuelle pleine de violence. On s'attache bien aux personnages malgré le fait que certains soient sous-développés. Je trouve cela dommage vu la taille du livre. Mais dans l'ensemble, une lecture innovante malgré le nombre de livres qui traitent du même sujet. Innovante pour l'héroïne double et la problématique des âmes qui n'a nul pareil dans ce genre littéraire. Le tout avec une touche de romance bien placée.

     

    Très bonne découverte dans l'ensemble mais qui traîne parfois en longueur. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique