• Chroniques manga

    Comme je lis pas mal de manga, je me suis dit qu'il serait bien de les séparer des romans. Et, comme on n'a pas tous les même goûts littéraires^^.

    Voici la liste des titres que je vous présente:

    07-ghost (Yuki AMEMIYA et Yukino ICHIHARA) 

    A silent voice (Yoshitoki OIMA) [critique à venir]

    Arte (Kei OHKUBO)

    Immortal rain (Kaori OZAKI) [critique à venir]

    Inu-Yasha (Rumiko Takahashi)

    Kenshin le vagabond (Nobuhiro WATSUKI)

    Soul Eater (Atsushi Ohkubo)

    The ancient magus bride (Koré YAMAZAKI) 

    Underwater (Yuki URUSHIBARA) 

    Yona - princesse de l'aube (Mizuho KUSANAGI)

  • Couverture Inu-Yasha, tome 56

    Titre original :  Inu Yasha

    Auteur :  Rumiko Takahashi

    Genre :  Shônen

    Nombre de volumes :  56 (terminé)

    Année de production (Japon) :  1997-2009

    éditeur français :  kana

    mangas du même auteur :  Ranma 1/2 ; Rinne

    Résumé de l'éditeur :

     Kagome, jeune Japonaise de 15 ans, menait une vie paisible dans un temple de Tokyo jusqu'au jour où, en tombant dans un puits, elle se retrouve à l'époque Sengoku. Sans vraiment comprendre ce qui lui arrive, la voilà confrontée à un être nommé Inu-Yasha, mi-homme mi-démon, retenu prisonnier à un arbre par une flèche sacrée. Alors qu'elle est attaquée par un démon, Kagome libère comme par magie Inu-Yasha du sort qui le frappait, en touchant la flèche. Ce dernier délivre rapidement Kagome du démon, puis lui demande de lui remettre la perle de Shikon... Quel est ce monde étrange dans lequel est tombée Kagome? Qui est cet Inu-Yasha? Qu'est-ce que la perle de Shikon? Mystères et aventures ne font que commencer !

    Mon avis :

     J'ai découvert l'histoire du manga d'abord à travers l'anime diffusé en 2000 et sa suite directe en 2009. Je connaissais donc déjà le scénario en entier avant de commencer le manga. Mais, après avoir vu tous les épisodes et les films, je ne voulais pas quitter les personnages avec lesquels j'ai vécu tant d'aventures (pour information, les animes font respectivement 167 et 26 épisodes). Je me suis donc tournée vers le manga et je dois dire que je le préfère à l'anime.

    Vous l'aurez compris, une des forces de ce manga sont ses personnages. Chacun à son propre trait de caractère, ses pouvoirs, ses forces et ses faiblesses et tous sont développés avec le même soin par l'auteur. J'aime particulièrement le personnage d'InuYasha qui est perçu tout d'abord comme un anti-héros mais le lecteur se rend vite compte que sous son armure, il a un cœur en or. De plus, contrairement à d'autres séries de manga où la puissance des héros évolue pour chaque méchant de plus en plus puissant vaincu, ce manga ne comporte qu'un seul vrai méchant source de toutes les emmerdes que connait le monde de l'époque Sengoku. Je trouve que c'est une partie de son originalité. Cela laisse largement la place aux différentes intrigues et retournements de situation bien amenés au fur à mesure des tomes. Les autres personnages secondaires ne sont ni noir ni blanc et il serait difficile de les mettre dans un camp "gentil" ou "méchant". Les relations entre les personnages n'en deviennent que mieux tissées. Amitié, amour ou haine, la différence est parfois minime.

    Bien que les dessins datent un peu, ils correspondent bien à l'ambiance et à l'histoire d'un monde où les humains et les yokai sont en guerre perpétuelle. Il y a d'ailleurs quelques scènes assez trash et/ou cruelles dont certaines ont été censurées dans l'anime car jugée trop violente pour le public visé. Mais, pour une fois, je laisserais ce manga en shônen et non en seinen car même si les personnages en voient de toutes les couleurs, l'ambiance reste la grande majorité du temps bon enfant grâce aux touches d'humour bien placés de l'auteur. Les scènes qui se déroulent dans le monde de Kagome sont d'ailleurs presque toujours hilarantes même si souvent incohérentes. Ce dernier point est d'ailleurs la seule chose que je reproche au manga. Par exemple, Kagome est souvent absente de l'école car elle reste avec InuYasha de l'autre côté du puits. Mais, à aucun moment elle ne reçoit de remarque de son école parce qu'elle a raté trop de jour de cours et ses amis à l'école gobent tous toutes les "maladies" que son grand-père invente pour justifier son absence. 

    L'univers et l'époque abordés sont très intéressants. En plus des Yokai, des pouvoirs et des sabres magiques, c'est la perle de Shikon qui intrigue le lecteur jusqu'au bout. Comment une si petite chose peut-elle être l'élément déclencheur d'une aussi longue épopée ? 

    Il me serait difficile de vous en dire plus sans trop dévoiler l'histoire. Je vous invite donc à tenter l'expérience que ce soit en version papier ou animée.


    1 commentaire
  • Soul Eater - Tome 1 - Blog de Godric-AgasakiReview : Soul Eater Tome 25 - A New God Is Dead - YZGeneration

    Titre original : Soul Eater

    Auteur : Atsushi Ohkubo

    Genre : Shonen

    Nombre de volumes : 25 (terminé)

    Année de production (Japon) : 2004

    éditeur français : Kurokawa

    manga dans le même univers : Soul Eater not !

    Résumé :

     Shibusen est une école qui forment des chasseurs d'âmes démoniaques. Chaque élève doit former un binôme maître-arme avec un autre élève afin de constituer une équipe opérationnelle. Le titre le plus prodigieux pour un binôme est le "death scythe" qui s'obtient en récupérant 99 âmes démoniaques et 1 âme de sorcière. Maka et Soul était sur le point d'y arriver lorsqu'un imprévu s'est manifesté...

    Mon avis :

    Cette série est un ovni qui passe ou qui casse en fonction de chaque personne. Personnellement, j'aime particulièrement l'ambiance et le dessin des planches qui fait immanquablement penser à Halloween. Mais, aussi les personnages qui sont aussi déjantés les uns que les autres et qui sont loin d'être infaillibles car ils ont des défauts repérables à des kilomètres à la ronde ! Cependant, s'il est vrai que c'est un shonen, il dérive petit à petit vers le seinen au fur et à mesure des tomes. En tant que lecteur, on a un peu l'impression d'être dans un rêve étrange qui vire au cauchemar. Les personnages et l'univers sombre dans la folie.

    La trame du scénario n'est pas directement visible car l'histoire est d'abord alternée entre trois binômes qui sont mis en scène dans des mini-histoire. Si le background de certains personnages est très bien amené avec une bonne profondeur, d'autres ont encore des zones d'ombres (je précise que je n'ai lu que les premiers tomes). Une fois que le scénario principal est enclenché, on ne s'ennuie plus : entre scène d'action, d'histoire, d'humour et une touche de quotidien. Attention, l'humour de cette série en laissera certains stoïques car il est assez simpliste et parfois agaçant. Mais, ça ne m'empêche pas d'aimer le manga.

    Pour conclure, je dirais que l'univers et la mythologie du manga sont assez intéressants. On y croise sorcières, loup-garous, guerriers, assassins, zombies et le docteur Frankenstein. De plus, le principe des combat est original car un maître d'arme et son arme (d'apparence humaine) se battent avec leur longueur d'âme.

      


    votre commentaire
  • Immortal-Rain-tome-1-par-Kaori-Ozaki.jpgCouverture du livre : Immortal Rain, tome 11

    Titre original : Meteor Methuselah

    Auteur : OZAKI Kaori

    Genre : shojo

    Nombre de volumes : 11 tomes (terminé)

    Année de production (Japon) : 1999-2011

    éditeur français : Doki doki

    Résumé :

    Depuis des siècles, Rain Jewlitt parvient à échapper aux assassins et aux chasseurs de primes qui souhaitent percer le secret de son immortalité. Machika, une jeune femme pleine de vie, s’est fait le serment de venger son grand-père, "Zol le faucheur", décédé dans cette quête. Mais sa rencontre avec Rain, tourmenté par le poids des siècles, va lui révéler que l’amour n’est pas toujours bien loin de la haine…

    Mon avis :

     (à venir)

    Autre oeuvre du mangaka :

    • Our summer holiday (one shot publié chez Delcourt/Tonkam)

    ... : The Alter-Ego Writer: My Favourite Manga Of All Time: Immortal Rain 


    votre commentaire
  • " Dieu offrit trois vœux à chaque âme qu'il envoya sur terre. L'accomplissement de ses trois vœux est ce qu'on peut appeler 'bonheur'. Mais, les trois vœux une fois réalisés, l'âme n'a d'autre choix que de revenir vers Dieu."

    Résultat de recherche d'images pour "07-ghost manga tome 1"Résultat de recherche d'images pour "07-ghost manga tome 1"

     Titre original : 07-ghost

    Auteur : Yuki AMEMIYA et Yukino ICHIHARA

    genre : shonen

    Nombre de volumes : 17 tomes (série finie)

    Année de production (Japon) : 2005

    éditeur français : Kazé

     Mon résumé :

     Teito est engagé dans l'armée avec son meilleur ami Mikage. Ils ne leur reste plus que l'examen final pour être admis comme militaire. Mais, après le test, Teito rencontre l'assassin de son père, un haut fonctionnaire. Il tente de l'attaquer mais se fait emprisonner. Avec l'aide de Mikage, il se sauve et arrive malgré lui dans l'église la plus grande du royaume. Commence alors une quête d'identité qui déterre un conflit vieux comme le monde.

    "Un jour le dieu de la mort a fait une bêtise. Dieu était très en colère... peut-être un peu trop."

    Mon avis :

    07-ghost est un de mes manga préféré. Je l'ai découvert avec l'anime du même nom qui, malgré ses 25 épisodes, ne va pas très loin dans l'histoire du manga. Je me suis donc rabattue sur les scan en ligne car, à mon plus grand écœurement, l'éditeur a arrêté la commercialisation des tomes.

    Si le manga démarre d'une manière très banale, il devient vite addictif de par l'histoire de son univers, les caractères atypiques de ses personnages et la trame de l'histoire très bien ficelée. Le personnage principal, Teito, a un lourd passé et se retrouve au milieu des complots et des événements tout au long des pages. La vérité est révélée petit à petit au lecteur à travers des fragments de souvenirs qui s'emboîtent naturellement dans l'histoire. Tel un puzzle qui ne nous donne une vue d'ensemble qu'au dénouement final. Je ne dirai pas qu'il est l'égal de Pandora Hearts car ce dernier est bien plus complexe mais la fin de 07-ghosts est une des fin les mieux construite que j'ai lu jusqu'à présent.

    L'oeuvre est emprunt d'un certain caractère religieux mais celui-ci est justifié par l'intrigue et les personnages. Vous conviendrez qu'il est difficile de ne pas parler de la religion dans une église en compagnie de prêtre. Cependant, les prêtres sont loin d'être barbants et il y en a même un non croyant qui cache des magazines cochons dans la bibliothèque de l'église. 

    Les créatures présentent dans l'univers ne sont pas comparables à d'autres séries et le concept de possession d'un corps par une entité maléfique, appelée Kor, est totalement revisité par l'auteur. C'est éléments font une partie de l'originalité de la série.

    Il y a beaucoup de personnages masculins dans le manga et je trouve dommage qu'il soit catégorisé Josei car il n'y a pas d'histoire d'amour, à aucun moment de l'histoire. Je n'ai bien sur rien contre le genre Josei ou Yaoi mais cela donne une première impression au manga qui est faussée et qui peut détourner ou décevoir le lecteur qui s'attendait à autre chose.

    En conclusion, je ne peux que vous conseiller ce manga et espère que vous lui donnerez sa chance (même via les scan). L'intrigue et les personnages sont les deux points forts de cette série.

    Produits associés :

    • 07-ghost (anime de 25 épisodes)

    1000+ ideas about 07 Ghost on Pinterest | Free Manga, Akatsuki No Yona ... 


    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "a silent voice"Résultat de recherche d'images pour "a silent voice tome 7"

    Titre original : Koe no katachi

    Auteur : Yoshitoki OIMA

    Genre : Shonen

    Nombre de volumes : 7 tomes (terminé)

    Année de production (Japon) : 2013-2014

    éditeur français : Ki-oon

    Mon résumé :

     Shoko est sourde de naissance et fait tout son possible pour aller dans une école normale et se faire des amis. Mais, sa scolarité vire vite au cauchemars lorsque Shoya, la petite frappe de la classe, multiplie les mauvais traitements à son égard. Tous, élèves et professeurs, sont témoins passifs de l'harcèlement qui se déroule quotidiennement sous leurs yeux. Il y en a même qui y participent. Mais, le jour où la mère de Shoko porte plainte, tous n'accusent qu'une personne, Shoya.

    Se retrouvant seul à son tour, il ne comprend ses erreurs commises qu'en croisant par hasard Shoko dans sa nouvelle école...

    Mon avis :

     (à venir)

    Produits dérivés :

    •  Film d'animation de 129 minutes (2016)

    ... 25 juillet 2016 Avis Mangas / Animes , Mangas / Animes Commenter


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique