• "Le noir est-il une couleur ? ça, les mages blancs ne veulent pas l'admettre."

    Le noir est ma couleur tome 1 : le pari

    Titre : Le noir est ma couleur : le pari

    Auteur : Olivier Gay

    Editeur : Rageot

    Genre : jeunesse, fantastique

    Taille : 311 pages

    Saga : Le noir est ma couleur

    1. Le pari
    2. La menace
    3. La riposte
    4. L'évasion
    5. Le piège

     

    Résumé :

     Normalement, Alexandre le bad boy du lycée n'aurait jamais prêté attention à Manon l'intello du premier rang. Pourtant, à la suite d'un pari, il a décidé de la séduire.

    Normalement, Manon n'aurait jamais toléré qu'Alexandre vole à son secours. Pourtant dans l'obscurité d'une ruelle, sa présence s'est révélée décisive.

    Alexandre doit se rendre à l'évidence. Rien n'est normal dans cette histoire.

    Manon acceptera-t-elle qu'il entre par effraction dans son univers ?

    Deux destins liés malgré les apparences...

    Mon avis :

    J'ai eu envie de lire ce livre après avoir vu plusieurs booktubeurs en parler dans un laps de temps assez court. Je ne savais pas grand chose de l'histoire mais le titre et les couverture mon tapés dans l’œil et il ne m'en a pas fallu plus que ça pour tenter l'aventure (très superficiel, je sais ^^). L'autre principal raison est que l'auteur est français. à part Pierre Bottero et Erik l'Homme je n'ai pas lu beaucoup d'écrivain francophone et je trouve ça dommage. J'aimerais bien, par la suite, découvrir la plume de Gabriel Katz ainsi que d'autres œuvres francophones jeunesse ou fantasy. Et, bien sûr, lire des auteurs belges car je suis sûr qu'il y en a d'autres comme Thomas Lavachery (Bjorn le morphir) et Valentin Rousseaux (à la croisée des destins) qui sont surement très agréables à lire. 

    Au niveau de l'histoire, je dirais que ce premier tome est le prologue qui met en place le quotidien des personnages ainsi que les explications de base sur la magie des couleurs utilisée par la famille de Manon. Une bonne partie du livre se déroule soit à l'école, soit chez les deux personnages principaux. De plus, on ne commence à comprendre le titre du livre qu'à la fin de la toute dernière page. Il faudra donc lire les tomes suivants pour vraiment commencer "l'aventure" de Manon et Alexandre.

    Mais, ce n'est pas parce que ce premier livre donne les bases de l'intrigue qu'il ne s'y passe rien ! Il y a plusieurs scènes d'actions endiablées et déjà quelques révélations sur les mages. J'aime particulièrement la façon dont l'auteur a mis en place la magie des couleurs. Cela m'a fait penser à un livre de fantasy adulte qui s’intitule "Le prisme noir" (Brent Weeks). Dans ce livre, les couleurs ont également un grand rôle à jouée et sont synonymes de pouvoir. Bien que ces deux livres n'aborde pas le spectre des couleurs de la même façon, j'ai trouvé les deux façon très intéressantes. Cependant, "Le noir est ma couleur" est beaucoup plus abordable pour les néophyte en fantasy car les éléments surnaturels y sont expliqués de manière plus simple.

    Au niveau de la narration, on suit alternativement Manon et Alexandre qui ont une vision diamétralement opposé l'un par rapport à l'autre. étant moi-même qualifiée depuis longtemps "d'élève modèle", je me suis vite retrouvée dans le personnage de Manon qui ne s'intéresse pas aux garçons et qui est perfectionniste dans tous les niveaux de son apprentissage. De l'autre côté, Alexandre est le bad boy de l'école, pense que les filles sont interchangeables et a un caractère de cochon. Bien que les deux personnages paraissent clichés au début, ils évoluent et je me suis attachée autant à Manon qu'à Alexandre. 

    En conclusion, "le noir est ma couleur" est une lecture très agréable qui se lit assez rapidement. J'espère toutefois que la relation entre Manon et Alexandre ira plus loin que celle de camarades de classe. J'ai également hâte d'en apprendre plus sur le spectre des couleurs.


    votre commentaire
  • Immortal-Rain-tome-1-par-Kaori-Ozaki.jpgCouverture du livre : Immortal Rain, tome 11

    Titre original : Meteor Methuselah

    Auteur : OZAKI Kaori

    Genre : shojo

    Nombre de volumes : 11 tomes (terminé)

    Année de production (Japon) : 1999-2011

    éditeur français : Doki doki

    Résumé :

    Depuis des siècles, Rain Jewlitt parvient à échapper aux assassins et aux chasseurs de primes qui souhaitent percer le secret de son immortalité. Machika, une jeune femme pleine de vie, s’est fait le serment de venger son grand-père, "Zol le faucheur", décédé dans cette quête. Mais sa rencontre avec Rain, tourmenté par le poids des siècles, va lui révéler que l’amour n’est pas toujours bien loin de la haine…

    Mon avis :

     (à venir)

    Autre oeuvre du mangaka :

    • Our summer holiday (one shot publié chez Delcourt/Tonkam)

    ... : The Alter-Ego Writer: My Favourite Manga Of All Time: Immortal Rain 


    votre commentaire
  • "Tic-Tac, tic-tac... Nil a dit cours alors nous courrons pour survivre"

    CHRONIQUE | NIL, tome 1 - Lynne Matson

    Titre : Nil

    Auteur : Lynne Matson

    Editeur : PKJ.

    Genre : jeunesse, science-fiction

    Taille : 456 pages

    Saga : trilogie 

    1. Nil
    2. Les secrets de Nil (Nil unlocked)
    3. La colère de Nil (Nil on fire

     

    Résumé :

    Charley se réveille sur une île somptueuse qui n’est sur aucune carte. Seule, perdue, elle survit tant bien que mal jusqu’à ce qu’elle rencontre Thad, le leader d’un clan regroupant les seuls humains présents sur l’île de Nil. Charley va vite comprendre que quitter cet enfer paradisiaque sera plus difficile qu’elle ne le pensait : la seule issue, ce sont les rares portes qui apparaissent au hasard sur l’île… Il n’y en a qu’une par jour, et une seule personne peut l’emprunter. Pire encore : on n’a qu’un an pour s’échapper. Sinon, on meurt. Le compte à rebours a déjà commencé…

    Mon avis :

     J'ai lu Nil dans le cadre du baby-challenge jeunesse 2017 sur Livraddict. J'aurais pu lire un autre livre du challenge mais Audrey de la chaîne youtube "le souffle des mots" l'a tellement bien présentée que j'ai craqué pour celui-ci. Et j'en suis super contente !

    Nil est un véritable "page turner" presque dès le début de l'histoire. Il ne faut pas plus de vingt pages à l'auteure pour nous happer dans son histoire. La narration est partagée alternativement entre les deux personnages principaux : Charley, la nouvelle arrivante sur Nil et Thad, un vétéran et chef de la Cité. Cela permet à l'auteur de jongler entre le regard neuf de Charley et celui résigné de Thad tout en donnant de manière naturelle des explications et des révélations sur Nil.

    Nil en tant que lieu est un endroit mystérieux. Autant splendide que mortel. Tout peut arriver n'importe quand. De plus, la règle des 365 jours ajoute encore plus de suspens au récit. Il y a d'ailleurs presque autant de défaites que de victoires, de morts que de survivants. On ne sait pas prédire la suite des événements. Même la fin que l'on pense saisir n'est pas totalement celle qu'on imagine. J'ai bien aimé le fait que cette fin puisse se suffire à elle-même dans le sens où toutes les explications n'ont pas été donnée mais qu'un "cycle" se termine (ceux qui ont lu le livre me comprendront ^^).

    Les personnages ont chacun leur caractère et sont juste comme il faut : humains. Malgré les règles de la cité et les sentiments de chacun, il y a de la trahison, de la peur mais surtout de la fraternité et de l'entraide. Beaucoup de personnages meurent avant qu'ont les ai connus et c'est un peu perturbant. Des anciens partent et des nouveaux arrivent. Tant et si bien que plusieurs personnages n'ont pas de background très développé mais cela ne gène en rien l'histoire qui est très bien menée.

    La seule chose qui m'a vaguement dérangé, c'est la vitesse à laquelle deux des personnages transforme une petite amourette en amour de leur vie. Certes, ils n'ont pas beaucoup de temps sur Nil mais il n'y a même pas de doutes dans leurs sentiments amoureux. C'est le coup de foudre : fille parfaite pour garçon parfait. J'avoue que j'ai du mal avec ça... 

    En conclusion, je suis curieuse de lire le tome 2 qui promet la suite des révélations de la fin du tome 1. Ce dernier a été une très bonne lecture proche du coup de cœur.


    votre commentaire
  • "Quel est le vœux pour lequel tu serais prête à risquer ta vie ? ..."

    madoka-magica-dark.jpg

    Titre: Mahou Shoujo Madoka Magica

    Studio d'animation : Shaft et Aniplex

    Genre : Magical girl, dark fantasy, drame, psychologie et horreur

    Nombres d'épisodes : 12 (1 saison)

    Année de production : 2011

     

    Mon résumé

    Dans un monde où des créatures maléfiques du nom de "sorcières" sont combattu par des magical girls, deux collégiennes, Madoka et Sayaka, rencontrent Kyuube. Cet animal à l'apparence digne d'une mascotte "kawaii" serait le seul à pouvoir faire naître une magical girl en échange d'un vœux. Les deux amies réfléchissent à leur voeux mais une camarade de classe, Akemi Homura, fait tout pour que leur contrat avec Kyuube n'ai pas lieu.

    Au fond, qu'est-ce qu'une magical girl ? Qu'est-ce qu'une sorcière ? ... Nos héroïnes l'apprendront à leur dépend. 

     

    Mon avis

     Madoka Magica est pour moi un de ces anime "ovni" qui surprend jusqu'au bout et qui est agréable visuellement. Cependant, une chose qui peut perturber au début est la différence d'animation entre le monde normal et le monde parallèle où vivent les sorcières. Ce monde parallèle est très sombre avec des dessins "fait aux pastels" qui dérangent et qui dégagent une impression de noirceur. On s'y habitue vite et c'est ce qui donne une partie de son originalité à l'oeuvre.

    Ne vous attendez pas à du "tout mignon tout rose" dans cette série. Cette erreur pourrait vous être fatale. C'est une oeuvre au début innocente qui dégringole vite dans le désespoir et la cruauté de la vérité. Pensez à sortir la boîte de mouchoir car la série est parsemé de moments tragiques. La manière dont le concept de magical girl est revisité est très intéressante et presque dépourvue de clichés.

    L'équilibre entre les combats et la vie quotidienne est bien mené. Il est également impossible (ou presque) de prédire la fin de l'histoire. De plus, cette fin se suffit à elle-même et répond à presque toutes les questions qu'on se pose.

    Les personnages sont très attachantes quoique trop naïves. Mais, elles apportent des réflexions psychologiques très profondes. L'anime en lui-même fait réfléchir et aborde des thèmes assez durs. 

    En bref, anime très beau et profond qui vous tiendra en halène durant toute la durée des 12 épisodes.

    à noter qu'il y a également trois films et plusieurs manga sur cette licence.


    votre commentaire
  • " Dieu offrit trois vœux à chaque âme qu'il envoya sur terre. L'accomplissement de ses trois vœux est ce qu'on peut appeler 'bonheur'. Mais, les trois vœux une fois réalisés, l'âme n'a d'autre choix que de revenir vers Dieu."

    Résultat de recherche d'images pour "07-ghost manga tome 1"Résultat de recherche d'images pour "07-ghost manga tome 1"

     Titre original : 07-ghost

    Auteur : Yuki AMEMIYA et Yukino ICHIHARA

    genre : shonen

    Nombre de volumes : 17 tomes (série finie)

    Année de production (Japon) : 2005

    éditeur français : Kazé

     Mon résumé :

     Teito est engagé dans l'armée avec son meilleur ami Mikage. Ils ne leur reste plus que l'examen final pour être admis comme militaire. Mais, après le test, Teito rencontre l'assassin de son père, un haut fonctionnaire. Il tente de l'attaquer mais se fait emprisonner. Avec l'aide de Mikage, il se sauve et arrive malgré lui dans l'église la plus grande du royaume. Commence alors une quête d'identité qui déterre un conflit vieux comme le monde.

    "Un jour le dieu de la mort a fait une bêtise. Dieu était très en colère... peut-être un peu trop."

    Mon avis :

    07-ghost est un de mes manga préféré. Je l'ai découvert avec l'anime du même nom qui, malgré ses 25 épisodes, ne va pas très loin dans l'histoire du manga. Je me suis donc rabattue sur les scan en ligne car, à mon plus grand écœurement, l'éditeur a arrêté la commercialisation des tomes.

    Si le manga démarre d'une manière très banale, il devient vite addictif de par l'histoire de son univers, les caractères atypiques de ses personnages et la trame de l'histoire très bien ficelée. Le personnage principal, Teito, a un lourd passé et se retrouve au milieu des complots et des événements tout au long des pages. La vérité est révélée petit à petit au lecteur à travers des fragments de souvenirs qui s'emboîtent naturellement dans l'histoire. Tel un puzzle qui ne nous donne une vue d'ensemble qu'au dénouement final. Je ne dirai pas qu'il est l'égal de Pandora Hearts car ce dernier est bien plus complexe mais la fin de 07-ghosts est une des fin les mieux construite que j'ai lu jusqu'à présent.

    L'oeuvre est emprunt d'un certain caractère religieux mais celui-ci est justifié par l'intrigue et les personnages. Vous conviendrez qu'il est difficile de ne pas parler de la religion dans une église en compagnie de prêtre. Cependant, les prêtres sont loin d'être barbants et il y en a même un non croyant qui cache des magazines cochons dans la bibliothèque de l'église. 

    Les créatures présentent dans l'univers ne sont pas comparables à d'autres séries et le concept de possession d'un corps par une entité maléfique, appelée Kor, est totalement revisité par l'auteur. C'est éléments font une partie de l'originalité de la série.

    Il y a beaucoup de personnages masculins dans le manga et je trouve dommage qu'il soit catégorisé Josei car il n'y a pas d'histoire d'amour, à aucun moment de l'histoire. Je n'ai bien sur rien contre le genre Josei ou Yaoi mais cela donne une première impression au manga qui est faussée et qui peut détourner ou décevoir le lecteur qui s'attendait à autre chose.

    En conclusion, je ne peux que vous conseiller ce manga et espère que vous lui donnerez sa chance (même via les scan). L'intrigue et les personnages sont les deux points forts de cette série.

    Produits associés :

    • 07-ghost (anime de 25 épisodes)

    1000+ ideas about 07 Ghost on Pinterest | Free Manga, Akatsuki No Yona ... 


    votre commentaire